Yin-Yang

Le « dessin du tao » ou diagramme du double poisson

 

Cette figue maintenant assez répandue en occident constitue l’un des symboles pour représenter le principe Yin et Yang.

Le Yin est figuré par le demi-cercle noir ou poisson Yin et représente le principe féminin. 

Le Yang est figuré par le demi-cercle blanc ou poisson Yang et représente le principe masculin

Le nom Tai ji tu de ce diagramme est composé des trois caractères dont le dernier « tu » est un terme générique pour désigner les cartes, dessins et schémas représentatifs. La traduction usuelle de binôme Tai ji (que l’on retrouve dans Tai ji quan) est « faîte suprême ». Pour autant, il ne faut pas considérer ce « faîte suprême » comme un point statique mais comme l’image de la poutre faîtière d’une toiture qui bien qu’elle soit le point culminant de cette toiture, elle est également le lieu de son point d’inflexion, celui où le toit change de pente et redescend.

En Chine, plus de 2000ans avant notre ère, l’observation minutieuse de toutes les manifestations de la vie sur Terre et dans le Ciel permit à l’homme de poser les fondements de la philosophie chinoise.

Le fait que tout ce qui existe se meut perpétuellement, ce transforme, qu’aucun phénomène n’est stable, fut sa première constatation. Puis, ils ont remarqué que la vie évoluait en fonction du rythme du jour et de la nuit, de la variation des saisons, de l’alternance de la chaleur et du froid, de la vie et de la mort.

Ils nommèrent cette harmonie succession : « Yin-Yang », deux entités qui semblent opposés mais néanmoins complémentaires. En effet, le Yin n’existe pas sans le Yang et réciproquement.

Voici quelques exemples non exhaustifs de cette classification.

Dans cette classification, il ne faut pas se limiter à l’idée d’opposition entre Yin et Yang, il faut également envisagerles autres aspects tout aussi important que sont :

  • l’interdépendance (le Yin ne peut exister sans le Yang et réciproquement, le chaud n’existe que par la présence du froid)
  • La croissance et décroissance (c’est à la décroissance du soleil qu’apparaît la lune et vice-versa. Toute variation de l’un ne se fait qu’en relation avec l’autre)
  • L’inter-tranformation (pôur que les deux entités soient complémentaires, il faut qu’elles puissent se teansformer l’une en l’autre)